Travaillons Ensemble pour les Patients

Rencontrez Sabrina - Défense des intérêts des patients
Bristol-Myers Squibb Canada

Vivre « à fond de train »
Travailler auprès de patients atteints de cancer incite Sabrina à vivre pleinement

Le chalet au bord de l'eau de Sabrina, au Québec, est toujours rempli de monde. Bien qu'elle soit très occupée par ses activités citadines, par son travail chez Bristol-Myers Squibb et par ses déplacements professionnels, Sabrina s'arrange pour profiter le plus possible des fins de semaine afin de cuisiner pour sa grande famille élargie et ses amis dans un lieu de détente qu'elle chérit depuis des années. 

Sabrina est une passionnée de plein air. Durant la belle saison, elle fait du kayak, et, en hiver, elle s'adonne au ski et au patinage. Elle fait également de longues promenades pour observer les oiseaux, une activité qu'elle adore. Dans les moments tranquilles, on peut la trouver étendue sur sa chaise longue sur un quai qui domine le lac immense. Elle en profite probablement pour réfléchir à son travail auprès d'intervenants dans le domaine du cancer et de patients qui se battent contre cette maladie. 

D'où lui vient son amour de la vie? « C'est un effet secondaire de mon travail, explique Sabrina. Je veux vivre pleinement. À fond de train. »

«Nous sommes tous liés à une personne dont un membre de l'entourage est décédé des suites du cancer.»

Ses amis et sa famille sont étonnés devant la nouvelle ferveur de Sabrina. Elle rapporte une conversation qu'elle a eue avec sa mère qui, pendant un moment, a pensé que l'énergie et l'enthousiasme récents de sa fille pouvaient masquer un sérieux problème.

 « Maman m'a demandé ce que j'avais. "Serais-tu malade? Tu sembles vivre tellement en état d'urgence." »

« J'ai d'abord cru que je tentais d'optimiser ma vie parce que j'approchais de la quarantaine, se souvient Sabrina, en riant. Ensuite, je me suis dit : "Non! C'est à cause de Bristol-Myers Squibb!" C'est le fait de travailler avec des patients atteints de cancer. Il n'existe pas de formation pour ça. Lorsque j'entends parler d'un patient qui a 45 ans et quatre enfants, j'en ai le cœur brisé. On entend dire que le cancer est une maladie qui atteint les personnes âgées. Ce n'est pas le cas. »

Une communauté de patients (et une passion) en constante évolution

Sabrina se considère comme « chanceuse » de participer aux projets de recherche de Bristol-Myers Squibb. La passion qui l'anime dans son rôle actuel, sans compter sa carrière dans son ensemble, a également évolué.

Elle a découvert sa vocation très tôt, dès son premier emploi en relations publiques qu'elle a obtenu à 20 ans. Elle travaillait en biotechnologie dans un centre de santé où elle était bien placée pour observer comment la recherche et la science peuvent contribuer à la vie des gens. Ce fut le coup de foudre. 

Puis, à 22 ans, elle a commencé à travailler en communications pour une importante compagnie pharmaceutique. « Je me sentais très privilégiée de travailler dans un domaine aussi exigeant et stimulant, qui contribue tellement à améliorer la vie des patients, et aussi de travailler avec des personnes brillantes et si dévouées, se remémore Sabrina. C'est cette grande passion, contagieuse dans cette industrie, qui m'a fait rester. » 

La passion de Sabrina à aider les gens a évolué avec ses fonctions dans la direction des relations publiques au sein de plusieurs autres compagnies pharmaceutiques. Elle se souvient qu'il y a 10 ans, les équipes commençaient tout juste à établir des liens avec les groupes de patients afin de recueillir des témoignages. Leur principale motivation était alors de recueillir des récits pour des campagnes publicitaires. Sabrina est venue travailler pour Bristol-Myers Squibb en 2012, car elle recherchait un engagement plus profond. 

« Nous savions alors qu'il fallait commencer à collaborer avec les communautés de patients, dit Sabrina. Nous avons entamé des discussions avec ces groupes pour établir une collaboration à long terme. » 

Sabrina a d'abord rencontré Kathy, une femme qui a survécu à un cancer et qui défend les intérêts des patients, à un moment où l'information et le soutien provenant d'autres patients se faisaient rares. Kathy ne trouvait que des renseignements sur la prévention de la maladie et des conseils sur les soins palliatifs (soins administrés pour améliorer la qualité de vie des patients en phase terminale). 

Kathy a donc mis en place une fondation destinée à renseigner les communautés de patients et à leur donner les moyens d'agir. Cette fondation sert de modèle à ceux qui cherchent à établir un partenariat avec les professionnels de la santé et les compagnies pharmaceutiques afin d'en apprendre davantage sur les essais cliniques et sur les dernières avancées de la recherche sur le cancer, de mieux répondre aux besoins des patients et de leur offrir les moyens de s'investir davantage dans leur propre processus décisionnel. 

« Ces communautés de patients évoluent sans cesse, affirme Sabrina. En plus d'offrir aux patients un soutien essentiel, elles collaborent avec les médecins et l'industrie pharmaceutique pour déterminer comment interagir avec les décideurs et contribuer aux stratégies. Ces communautés collaborent avec nous pour faire entendre la voix des patients lors de la prise de décisions. » 

Un emploi qui « transforme » sa vie

« Lorsque je suis arrivée chez Bristol-Myers Squibb, j'ai su qu'il s'agissait d'une bonne entreprise, assure Sabrina. J'étais très enthousiaste d'y travailler et j'étais emballée par les défis à relever. Je ne me rendais pas compte que cet emploi serait non seulement le meilleur que j'aie eu, mais qu'il transformerait aussi ma vie! » 

Sabrina voyage dans tout le pays, où elle rencontre des membres d'organisations de patients dont plusieurs sont dirigées par des personnes elles-mêmes atteintes de cancer. Son travail, explique-t-elle, est de veiller à ce que Bristol-Myers Squibb ne fonctionne pas en circuit fermé. 

« Nous voulons nous centrer sur le patient, et ces groupes sont des experts en matière de patients, dit-elle. Nous devons établir des partenariats avec eux afin de mieux comprendre leurs besoins et leur réalité. Nous devons tous travailler ensemble. » 

Un objectif personnel

Les deux grands-pères de Sabrina sont décédés des suites d'un cancer. « Le cancer fait partie de notre vie, croit Sabrina. Nous sommes tous liés à une personne dont un membre de l'entourage est décédé des suites du cancer. Le fait d'être entourée de patients qui se battent, qui cherchent désespérément des solutions et qui veulent continuer à vivre me fait prendre conscience de la fragilité de la vie. » 

« Ces patients parlent de listes des choses à faire avant de mourir, dit-elle. Ceux qui sont passés par là et qui ont survécu veulent témoigner de l'importance de prendre sa vie en main. Leur appétit de vivre est de toute évidence contagieux... pour moi et pour les équipes de Bristol-Myers Squibb. » 

« Dans 20 ans, quand je regarderai dans le rétroviseur, je saurai que cette période aura été le meilleur moment de ma carrière. » Elle ajoute : « Mon travail est tout à fait unique en son genre. Je me compte vraiment chanceuse. »

Retourner aux témoignages