Avis publics

Santé canada approuve abilify® comme premier antipsychotique atypique pour le traitement de la schizophrénie chez les adolescents

Catégories: Abilify

Un tiers des gens atteints de schizophrénie vivent un épisode psychotique avant l’âge de 19 ans

Santé Canada a approuvé Abilify®(aripiprazole) pour le traitement de la schizophrénie chez les adolescents âgés de 15 à 17 ans, ce qui en fait le premier antipsychotique atypique formellement approuvé pour être utilisé chez cette catégorie de patients. Abilifya été approuvé pour la première fois en 2009 pour le traitement de la schizophrénie et du trouble bipolaire de type I chez les adultes.

La schizophrénie, une maladie mentale grave et complexe qui a des répercussions importantes sur la vie des personnes atteintes, entraîne des épisodes de psychose et une difficulté à distinguer ce qui est réel de ce qui ne l’est pas. Les gens touchés peuvent entendre des voix qui n’existent pas ou devenir paranoïaques. Environ un tiers des personnes atteintes de cette maladie vivent leur premier épisode psychotique avant l’âge de 19 ans1. Le traitement est un aspect important de la prise en charge de cette maladie et peut aider les jeunes adultes atteints de schizophrénie à se rétablir et ainsi fonctionner et avoir une vie personnelle et sociale satisfaisante.

« C’est une nouvelle très importante pour les adolescents atteints de schizophrénie et leur famille, déclare le Dr Martin Gignac de l’Institut Philippe-Pinel, un établissement affilié à l’Université de Montréal. À un moment critique de leur développement, les adolescents schizophrènes sont vulnérables aux troubles émotionnels, sociaux et scolaires. Il est donc important pour eux d’obtenir un diagnostic précis et d’avoir accès le plus rapidement possible à un traitement efficace et approuvé afin de pouvoir prendre en charge leur maladie et de soulager les symptômes difficiles ».

Chez les adolescents, la schizophrénie peut être difficile à reconnaître et à diagnostiquer, particulièrement au stade précoce, lorsque les symptômes sont moins prononcés. De plus, la présence fréquente de toxicomanie lorsque les symptômes psychotiques apparaissent représente un des facteurs aggravants, et on doit s’assurer que celle-ci n’est pas la cause des symptômes.

Dans les cas de schizophrénie, une plus grande proportion d’hommes sont touchés par la maladie dès l’adolescence. En effet, 39 % des hommes, comparativement à 23 % des femmes, vivent leur premier épisode psychotique avant l’âge de 19 ans2. Le traitement de la schizophrénie demeure difficile à suivre – plus de 40 % des personnes atteintes arrêtent de prendre leurs médicaments au cours de la première année3.

L’histoire de Louise

« Grandir a été très difficile pour moi, explique Louise, une Canadienne de 29 ans qui prend actuellement Abilify et dont le nom a été changé afin de respecter sa vie privée. J’ai reçu un diagnostic de schizophrénie à l’adolescence, à l’âge de 14 ans, et le pronostic était sombre. On m’a dit que je ne pourrais jamais travailler, finir mes études ou avoir une vie normale. »

Louise a été hospitalisée à 13 reprises en raison de sa maladie; son plus court séjour à l’hôpital ayant duré 3 semaines et son plus long, 6 mois. On lui a prescrit un antipsychotique qui a stabilisé son état – suffisamment pour qu’elle puisse demeurer à la maison, mais non pour devenir un membre productif de la société.

En 2008, elle a amorcé un traitement par Abilify grâce à un programme d’accès spécial aux médicaments et a commencé à se sentir mieux après quelques semaines à peine. « Depuis mon diagnostic, j’entendais continuellement des voix, puis, en l’espace de deux mois, les voix ont cessé. De plus, depuis que j’ai commencé à prendre Abilify, j’ai perdu 36 kg et je ne dors plus 15 heures par jour. »

Au cours des trois dernières années, l’état de Louise s’est amélioré à un point tel qu’elle travaille maintenant dans une boutique comme vendeuse auprès des clients. « J’adore ça, dit-elle. Je suis même retournée à l’école. » Elle n’a pas voulu être identifiée, car de nombreuses personnes qui la connaissent ne savent rien sur sa maladie ni sur son passé.

Louise est heureuse de vivre une vie normale et souhaite la même chose aux autres personnes atteintes de schizophrénie. « Ce que je veux, c’est que les adolescents aux prises avec la schizophrénie sachent qu’il y a de l’espoir et qu’ils ne sont pas condamnés à être malades. »

« La schizophrénie a un impact majeur sur les adolescents, qui en sont à une étape importante de leur développement. Nous croyons qu'une meilleure sensibilisation, un diagnostic plus précoce et l'utilisation de traitements efficaces sont des éléments déterminants pour les jeunes touchés par ce trouble, affirme Mme Odette Beaudoin, présidente de la Société québécoise de la schizophrénie. C’est pourquoi nous sommes ravis qu'Abilify soit maintenant approuvé comme option de traitement pour ces patients. »

À propos d’Abilify chez les adolescents

Abilify est le premier et le seul médicament approuvé au Canada pour le traitement de la schizophrénie chez les adolescents âgés de 15 à 17 ans. L’approbation est fondée sur les résultats d’une étude de 6 semaines, contrôlée par placebo, à répartition aléatoire et à double insu, qui ont été publiés par Findling et ses collaborateurs (étude 31-03-239)4. Lors de cette étude comparant Abilify à 10 mg et à 30 mg à un placebo, on a montré qu’il y avait une amélioration statistiquement significative de la variation moyenne, entre le début et la fin de l’étude, de la principale mesure d’efficacité, du score total à l’échelle PANSS (Positive and Negative Syndrome Scale) et d’autres mesures. Abilify a été généralement sûr et bien toléré5. Il offre une maîtrise efficace des symptômes de la schizophrénie associés au fonctionnement social, et les données montrent qu’il a un bon profil de tolérabilité et d’innocuité. Abilify réduit les symptômes, tels que les hallucinations et les délires, et a des répercussions positives sur la capacité fonctionnelle, entre autres sur le manque de motivation ou le retrait social.

À propos d’Abilify

Abilify (aripiprazole) a été le premier antipsychotique de troisième génération approuvé au Canada. Il est offert sur ordonnance seulement. Il a été approuvé par Santé Canada pour le traitement de la schizophrénie et des troubles psychotiques connexes chez les adultes et pour le traitement de la schizophrénie chez les adolescents âgés de 15 à 17 ans. Il est également indiqué pour le traitement d’urgence des épisodes maniaques ou mixtes du trouble bipolaire de type I chez l’adulte, en monothérapie ou en association avec le lithium ou le divalproex sodique lorsqu’il n’y a pas de réponse immédiate suffisante à ces agents employés seuls. Abilify, à titre de traitement d’appoint au lithium ou au divalproex sodique, s’est révélé plus efficace que le placebo en association avec un stabilisateur de l’humeur pour maintenir l’amélioration clinique durant une période pouvant atteindre 1 an chez des patients adultes qui présentent des épisodes maniaques ou mixtes associés au trouble bipolaire de type I.

À propos de Bristol-Myers Squibb Canada

Bristol-Myers Squibb Canada est une filiale indirecte détenue en propriété exclusive de Bristol-Myers Squibb, une société d’envergure mondiale spécialisée dans les produits pharmaceutiques et les produits de santé connexes et dont la mission est de prolonger et d’améliorer la vie humaine. Bristol-Myers Squibb Canada est un chef de file dans la fabrication de médicaments contre le cancer, les troubles cardiovasculaires et métaboliques, les maladies infectieuses (dont le VIH/sida), les maladies du système nerveux et les maladies mentales graves. Bristol-Myers Squibb Company est inscrite à la bourse de New York sous le symbole BMY (NYSE:BMY). Le siège social de Bristol-Myers Squibb Canada est à Montréal, au Québec.

– 30 –

Personne-ressource :

Sabrina Tremblay
Gestionnaire principale, affaires publiques

Bristol-Myers Squibb Canada
514-245-5257
[email protected]

Sarah Moreau
HKDP
514-395-0375 poste 234
[email protected]

Abilify® est une marque déposée d’Otsuka Pharmaceutical Co., Ltd. utilisée sous licence par Bristol-Myers Squibb Canada.

Références

1 American Academy of Child and Adolescent Psychiatry. Practice parameter for the assessment and treatment of children and adolescents with schizophrenia. J Am Acad Child Adolesc Psychiatry. 2001:40(suppl 7):4S-23S.

2 American Academy of Child and Adolescent Psychiatry, Practice parameter for the assessment and treatment of children and adolescents with schizophrenia. J Am Acad Child Adolesc Psychiatry. 2001:40(suppl 7):4S-23S.

3 Zygmunt, A. Interventions to improve medications adherence in schizophrenia. Am J Psychiatry 159:10, October 2002.

4 Findling RL, Rob A, Nyilas M, et al. A multiple-center, randomized, double-blind, placebo-controlled study of oral aripiprazole for treatment of adolescents with schizophrenia. Am J Psychiatry. Sept. 2, 2008. doi: 10.1176/appi.ajp.2008.07061035.

5 Findling RL, Rob A, Nyilas M, et al. A multiple-center, randomized, double-blind, placebo-controlled study of oral aripiprazole for treatment of adolescents with schizophrenia. Am J Psychiatry. Sept. 2, 2008. doi: 10.1176/appi.ajp.2008.07061035.

Retourner aux avis publics