Avis publics

ERBITUXMC EN ASSOCIATION AVEC LA CHIMIOTHÉRAPIE MAINTENANT APPROUVÉ AU CANADA COMME TRAITEMENT DE PREMIÈRE INTENTION CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS DE CANCER COLORECTAL MÉTASTATIQUE

Catégories: Erbitux | Cancer colorectal métastatique | Communication au public | Avis publics

Premier nouveau régime thérapeutique biologique à être approuvé depuis les huit dernières années pour les patients nouvellement diagnostiqués d’un cancer colorectal métastatique

Bristol-Myers Squibb Canada Inc. est heureuse d’annoncer que Santé Canada a approuvé ERBITUXMC (cétuximab) comme traitement de première intention chez les patients atteints de cancer colorectal métastatique dont les tumeurs présentent le gène KRAS (Kirsten Rat Sarcoma) de type sauvage (non muté).

 

Erbitux est un traitement ciblé sur les biomarqueurs qui a été autorisé au Canada en 2008  pour le traitement du cancer colorectal métastatique exprimant le récepteur du facteur de croissance épidermique (R‑EGF) chez les patients dont la tumeur a progressé après une chimiothérapie. La nouvelle approbation de Santé Canada permet désormais l’utilisation d’Erbitux en tant que traitement de première intention, en association avec la chimiothérapie FOLFIRI (irinotécan, 5-fluoro-uracile, leucovorine) chez les patients atteints d’un cancer colorectal métastatique (CCRm) exprimant le R‑EGF et le gène KRAS de type non muté (communément appelé KRAS de type sauvage).

 

« Jour après jour, nous en apprenons davantage sur les importantes distinctions biologiques du cancer colorectal métastatique, les différents profils de la maladie de même que la façon dont la maladie répond aux divers traitements existants, mentionne le Dr Derek Jonker, oncologue au Centre de cancérologie de l'Hôpital d'Ottawa. Cette approbation nous permet d’avoir accès à une nouvelle option de traitement pour les patients récemment diagnostiqués avec un gène KRAS de type sauvage. C’est une autre étape encourageante dans notre capacité à traiter cette forme sévère de cancer! »

 

L’approbation est basée sur les données de l’étude européenne CRYSTAL (Cétuximab combined with iRinotecan in first-line therapY for metaSTatic colorectAL cancer), une étude ouverte de phase III, randomisée et multicentrique, dont le critère d’évaluation principal étaitla survie sans progression (SSP) chez les patients traités par l’Erbitux (cétuximab) en association avec le FOLFIRI (le régime CRYSTAL) par rapport à ceux traités par le FOLFIRI seul.

Bristol-Myers Squibb Canada travaillera de pair avec les autorités de santé canadiennes pour que tous les patients atteints de cancer colorectal métastatique puissent bénéficier de l’accès à Erbitux.   

 

Principales conclusions de l’étude CRYSTAL

 

L’étude CRYSTAL a démontré que l’association de cétuximab et de FOLFIRI par rapport  à FOLFIRI seul prolongeait de façon significative la survie sans progression (SSP) et améliorait de façon significative la réponse tumorale lorsqu’administré en traitement de première intentionchez des patients atteints de cancer colorectal métastatique dont les tumeurs expriment le gène KRAS de type sauvage : durée médiane de survie sans progression (SSP) : 9,9 mois comparativement à 8,4 mois (RR = 0,70; p = 0,0012; survie globale (SG) médiane : 23,5 mois comparativement à 20,0 mois (RR = 0,80; p = 0,0093); taux de réponse (TR) : 57,3 % comparativement à 39,7 % (p < 0,001).

 

 

À propos du cancer colorectal au Canada

Selon les dernières statistiques disponibles, on estime qu’environ 23 000 Canadiens (13 000 hommes et 10 300 femmes) ont reçu un diagnostic de cancer colorectal en 2012. Il s’agit du troisième cancer le plus répandu au Canada après celui de la prostate et du poumon, qui représente 13 % de tous les nouveaux cas de cancer dépistés l’an dernier au pays. En 2012, il a causé la mort d’environ 9 200 Canadiens. Par conséquent, le cancer colorectal est la deuxième cause de décès par cancer au Canada, représentant 12 % de tous les décès par cancer. En 2011, le taux de survie relatif à cinq ans pour un cancer colorectal était de 63 % au Canada.


À propos du gène KRAS

On utilise l’acronyme KRAS pour désigner le gène Kirsten Rat Sarcoma, qui a été isolé pour la première fois en 1967. Le KRAS (que l’on prononce ké-razz) est un gène présent dans les tumeurs cancéreuses; il joue un rôle important dans leur croissance et leur développement. Le gène KRAS non muté est aussi appelé KRAS  de type sauvage. Des variantes mutées du gène ont été détectées dans plusieurs types de cancer, notamment chez environ 40 % des personnes atteintes d’un cancer colorectal. Les traitements anti‑R‑EGF, dont Erbitux, ne sont pas efficaces contre les tumeurs exprimant le gène KRAS muté. La présence d'une mutation du gène KRAS est déterminée par un test de laboratoire effectué sur les tissus tumoraux retirés par chirurgie.

 

 

À propos d’Erbitux

Erbitux (cétuximab) est un anticorps monoclonal (AcM IgG1) destiné à inhiber la fonction d'une structure moléculaire exprimée à la surface des cellules saines  et tumorales, appelée récepteur du facteur de croissance épidermique (R‑EGF, HER1, c-ErbB1). Les essais in vitro et les études animales in vivo ont montré que la liaison du cétuximab au R‑EGF bloque la phosphorylation et l'activation des kinases associées au récepteur, entraînant l’inhibition de la croissance cellulaire, l’induction de l’apoptose ainsi que la diminution de la production des métalloprotéinases matricielles (MMP) et du facteur de croissance de l’endothélium vasculaire (VEGF). La transduction du signal par R‑EGF produit l’activation de la protéine KRAS de type sauvage. Toutefois, dans les cellules où les mutations somatiques de l’oncogène KRAS sont activées, la protéine du gène KRAS muté reste active et semble échapper à la régulation par R‑EGF. In vitro, le cétuximab peut servir de médiateur d’une cytotoxicité dépendante des anticorps (ADCC) contre certains types de tumeurs humaines. Les essais in vitro et les études in vivo chez l'animal ont montré que le cétuximab inhibe la croissance et la survie des cellules tumorales qui expriment le R‑EGF. Aucun effet anti-tumoral du cétuximab n’a été observé sur les xénogreffes de tumeur humaine n’exprimant pas le R‑EGF.

 

Au Canada, Erbitux en association avec la radiothérapie est également autorisé pour le traitement initial de l’épithélioma malpighien spinocellulaire de la tête et du cou local ou régional avancé.

 

 

Au sujet de Bristol-Myers Squibb Canada

Bristol-Myers Squibb Canada est une filiale indirecte en propriété exclusive de Bristol-Myers Squibb Company, une entreprise biopharmaceutique internationale ayant pour mission de découvrir, mettre au point et offrir des médicaments innovateurs en vue de permettre aux patients de vaincre des maladies graves. Bristol-Myers Squibb Canada est un chef de file dans le domaine des médicaments contre le cancer, la maladie cardiovasculaire, les troubles du métabolisme, les maladies infectieuses (y compris l’infection par le VIH et le SIDA), les maladies du système nerveux et les maladies mentales graves. Le siège social des activités de Bristol-Myers Squibb Canada est situé à Montréal, au Québec.www.bmscanada.ca.

 

-30-

 

 

Pour plus d’information:

Monica Flores
Gestionnaire principale, Communications d’entreprise et d’affaires

Bristol-Myers Squibb Canada

514-333-3845
[email protected]

 

                                                

ERBITUX est une marque de commerce déposée d'ImClone Systems Incorporated utilisée sous licence par Bristol-Myers Squibb Canada.

Retourner aux avis publics