Communiqués de presse

Santé Canada approuve un nouveau traitement destiné aux adultes atteints de diabète de type 2

Catégories: Diabète | Onglyza

MONTRÉAL (QC) et TORONTO (ON), 12 novembre 2009 – Bristol-Myers Squibb Canada et AstraZeneca Canada annoncent aujourd'hui que Santé Canada a approuvé ONGLYZAMC (saxagliptine), un médicament qui améliore les 3 principaux paramètres de mesure de l'équilibre glycémique – l'hémoglobine A1c (HbA1c), la glycémie à jeun et la glycémie postprandiale (c'est-à-dire la glycémie après le repas)i – lorsqu'il est administré en association avec d'autres antidiabétiques oraux d'emploi courant (la metformine ou une sulfonylurée). Administré une fois par jour, ONGLYZA apporte une aide additionnelle au patient lorsque le traitement de première intention ne permet pas d'atteindre adéquatement l'équilibre glycémiqueii .

« Le diabète est une maladie évolutive que les patients trouvent difficile à prendre en charge efficacement. Si la glycémie est élevée, le diabète peut entraîner des complications graves après un certain temps. Par exemple, au Québec, plus de 70 % des diabétiques seront emportés par une maladie cardiovasculaire, soit le double du taux observé chez les non-diabétiques, a expliqué le Dr Jean-François Yale, professeur au Centre de nutrition et des sciences de l'alimentation de la Faculté de médecine de l'Université McGill. Le risque de développer d'autres problèmes de santé s'abaisse significativement lorsque le taux cible d'HbA1c est atteint. Grâce à de nouveaux traitements, les médecins peuvent aider leurs patients à atteindre l'équilibre glycémique et à améliorer leur qualité de vie. »

Les Canadiens atteints de diabète croient que la prise en charge de leur maladie est efficace, mais en réalité, celle-ci laisse à désirer.

Un sondage mené récemment à l'échelle nationale auprès d'adultes atteints de diabète de type 2 révèle que 87 % des diabétiques croient prendre en charge leur maladie de manière efficace. Cependant, dans une proportion encore plus élevée, soit 91 %, les répondants admettent ne pas s'être conformés entièrement aux recommandations de l'Association canadienne du diabète en matière de modification du mode de vieiii .

Le sondage révèle que les Canadiens commencent à délaisser leurs saines habitudes en faveur d'habitudes malsaines en moyenne 21 mois après le diagnostic. Par exemple, 76 % des répondants ont affirmé avoir modifié leur alimentation au moment du diagnostic. Toutefois, en l'espace de 14 mois, 74 % avaient repris leurs anciennes habitudes alimentaires. Ce changement de comportement chez les répondants était accompagné de sentiments de frustration et de colère (45 %), de culpabilité et de gêne (36 %) ou de dépression et de tristesse (32 %) au fur et à mesure que s'estompait l'adhérence aux bonnes habitudes.

« Le sondage a permis d'identifier un stade critique durant le cheminement du patient au cours duquel la motivation décline. À ce stade, il est primordial d'accroître le soutien et de renouveler l'engagement pour assurer une prise en charge efficace et prévenir les complications à long terme », indique le Dr Michael Vallis, psychologue au Queen Elizabeth II Health Sciences Centre. « Presque tous les répondants (94 %) estiment qu'il est possible pour les personnes atteintes de diabète de vivre une vie active et saine. Ces résultats illustrent l'urgent besoin d'identifier les meilleures pratiques visant à responsabiliser les patients durant ce stade important de la maladie. »

Voici d'autres faits saillants du sondage :

  • Comparativement aux résidants des autres régions, les Québécois se sentent plus poussés par leur médecin à maintenir les changements qu'ils ont apportés à leur mode de vie (85 % comparativement à 47 % des résidants de la Saskatchewan et du Manitoba).
  • Les Ontariens atteints de diabète de type 2 sont les moins enclins de toutes les régions à prendre leur médicament comme prescrit (66 % comparativement à 82 % au Québec et dans l'Atlantique).
  • Les résidants de la Colombie-Britannique et de l'Ontario qui vivent avec le diabète de type 2 ont le plus tendance à croire qu'il est important de faire de l'exercice physique (95 % dans les deux provinces). Toutefois, ce sont ceux qui sont les plus enclins à abandonner leur programme d'exercices (71 % en Colombie-Britannique et 69 % en Ontario).
  • Moins d'un Albertain sur trois atteints de diabète de type 2 (28 %) affirment maintenir un poids santé en tout temps. Même s'ils négligent la prise en charge de leur diabète, 75 % ne pensent pas que leur santé s'aggrave.
  • Les résidants de l'Atlantique ont plus tendance que les résidants des autres provinces du Canada à abandonner lentement la prise en charge de leur diabète, d'après la mesure des changements suivants au mode de vie :
    • Suivre un plan de repas équilibrés : La probabilité que les résidants de l'Atlantique suivent un plan de repas équilibrés est la moitié (15 %) de celle des résidants de la Saskatchewan et du Manitoba (32 %)
    • Maintien d'un poids santé : Seuls 12 % des résidants de l'Atlantique affirment se plier à cette recommandation de changement au mode de vie comparativement à 28 % des Albertains.

Une nouvelle option thérapeutique pour les patients dont le diabète n'est pas bien maîtrisé par le traitement de première intention

ONGLYZA est un inhibiteur de la dipeptidyl peptidase-4 (DPP-4) qui agit en influençant l'action d'hormones appelées incrétines pour accroître la production d'insuline dans le pancréas et réduire la production de glucose dans le foieiv . Il est prescrit aux patients chez qui le traitement de première intention, le régime alimentaire et l'exercice seuls ne permettent pas d'équilibrer la glycémie de manière satisfaisantev . La majorité des répondants au sondage (83 %) ont indiqué qu'ils ne souhaitent pas avoir recours à l'insuline pour maîtriser leur diabète.

« Au Canada, plus de 2 millions de personnes vivent avec le diabète, et près de la moitié d'entre elles ne parviennent pas à équilibrer leur glycémie au moyen de leur traitement courant », mentionne Mark Jones, président-directeur général d'AstraZeneca Canada. « AstraZeneca Canada, en collaboration avec Bristol-Myers Squibb Canada, est heureuse d'offrir ONGLYZA et de mettre à la portée des médecins et de leurs patients un nouveau traitement pouvant les aider à mieux prendre en charge le diabète. »

« Mis au point en collaboration par Bristol-Myers Squibb et AstraZeneca, ONGLYZA repose sur les forces des deux entreprises et constitue le premier jalon de notre engagement conjoint à soutenir les progrès dans cet important champ thérapeutique », indique Wayne Quigley, président de Bristol-Myers Squibb Canada. « Nous nous réjouissons de savoir qu'ONGLYZA peut favoriser l'atteinte d'un meilleur équilibre glycémique et offrir l'espoir d'une vie saine et exempte de complications. »

Le diabète est une maladie chronique complexe dont l'incidence augmente à un rythme alarmant. On estime qu'en 2010, 3 millions de personnes seront atteints de diabètevi au Canada et que le coût de cette maladie s'établira à 15,6 milliards de dollars par année pour le système de santévii . Le diabète, une maladie difficile à maîtriser qui entraîne des conséquences graves sur la santé lorsque son traitement n'est pas adéquat, nécessite une surveillance et une vigilance constantes de la part des patients et des médecins.

Données cliniques à l'appui Chez les patients atteints de diabète de type 2, l'ajout d'ONGLYZA (5 mg) à la metformine ou à une sulfonylurée a amélioré de façon statistiquement significative l'HbA1c, la glycémie à jeun et la glycémie postprandiale, y compris la glycémie mesurée 2 heures après le début d'une épreuve d'hyperglycémie provoquée par voie orale, comparativement aux résultats obtenus avec la metformine ou une sulfonylurée seuleviii . La dose recommandée chez l'adulte est de 5 mg, pris une fois par jour avec ou sans alimentsix .

À propos du sondage national La firme Léger Marketing a mené cette étude au moyen d'un sondage Internet et téléphonique auprès de 1034 adultes (âgés d'au moins 18 ans) atteints de diabète de type 2 au Canada. La marge d'erreur d'un échantillon de cette taille est de ± 3 %.

Au sujet de la collaboration entre Bristol-Myers Squibb et AstraZeneca Bristol-Myers Squibb et AstraZeneca ont amorcé une collaboration en janvier 2007. Celle-ci permet aux deux entreprises de mener des recherches, de mettre au point et de commercialiser conjointement deux médicaments expérimentaux pour le traitement du diabète de type 2, soit la saxagliptine et la dapagliflozine. La collaboration entre Bristol-Myers Squibb et AstraZeneca dans le domaine du diabète est dédiée aux soins globaux aux patients, à l'amélioration de la santé et à la création d'une vision nouvelle du traitement du diabète de type 2. Elle repose sur l'engagement de ces deux compagnies à procurer des soins globaux aux patients et à améliorer les résultats thérapeutiques et elle est renforcée par leur vaste expérience collective dans le traitement des maladies cardiovasculaires.

Au sujet de Bristol-Myers Squibb Canada Bristol-Myers Squibb Canada est une société d'envergure mondiale spécialisée dans les produits pharmaceutiques, et dont la mission est de prolonger et d'améliorer la vie des êtres humains. Pour de plus amples renseignements au sujet de Bristol-Myers Squibb Canada, visitez le site Web de la société à www.bmscanada.ca.

Au sujet d'AstraZeneca AstraZeneca est une importante entreprise internationale de soins de santé engagée dans la recherche, le développement, la fabrication et la commercialisation de produits pharmaceutiques sur ordonnance pertinents et la prestation de services de soins de santé. AstraZeneca est l'un des chefs de file de l'industrie pharmaceutique, comme en témoignent ses ventes de 31,6 milliards de dollars US et son imposante gamme de médicaments en gastro-entérologie, cardiologie, neurosciences, pneumologie, oncologie et infectiologie. Pour de plus amples renseignements, visitez le site Web de la société à www.astrazeneca.ca

ONGLYZA est une marque de commerce de Bristol-Myers Squibb.

Personnes-ressources

Valérie Dupuis
Fleishman-Hillard Canada
514-892-8005
[email protected]

Lee Rammage
AstraZeneca Canada
905-804-4913
[email protected]

i Monographie, page 22.
ii Monographie, page 3.
iii Site Internet de l'Association canadienne du diabète, http://www.diabetes.ca/about-diabetes/living/just-diagnosed/type2/, consulté le 12 octobre 2009.
iv Monographie, page 16.
v Monographie, page 3.
vi Site Internet de l'Association canadienne du diabète, http://www.diabetes.ca/about-diabetes/what/prevalence/, consulté le 30 septembre 2009.
vii Site Internet de l'Association canadienne du diabète, http://www.diabetes.ca/about-diabetes/what/prevalence/, consulté le 30 septembre 2009.
viii Monographie, page 22. ix Monographie, page 14.

Retourner aux communiqués de presse